L’avenir ne serait-il.. qu’une équation ?

Très loin des théories conspirationnistes, les mathématiques entrent de plus en plus dans la vie des gens. Ordinateurs, montres ou voiture électriques, toutes les combinaisons crées par les génies des chiffres ont permis à l’humanité d’améliorer son mode de vie.

Parmi les autres applications mathématiques, les algorithmes. Déjà capable de prédire les futurs gagnants d’élections, comme celle du président Obama, ces équations sont en train de fondre sur le paysage urbain. Entre les craintes d’un monde déconnecté et la scission entre les classes sociales, petit décryptage d’un monde où le futur est mathématiquement prévisible…

Soyez un mouton… lucide !

La base d’un algorithme est la répétition d’une méthode. La complexité d’un process ou suite mathématique est toujours liée à l’objet de l’étude. Si nous devions créer une règle pour des éléments simples et répétitifs, comme le trafic autoroutier selon les heures et les jours, la simplicité serait enfantine. Mais dans les cas les plus avancés, les « algos » dans le jargon des geeks peuvent anticiper les cours de la Bourse. Tout n’est qu’une question de rapidité de calcul. Au plus l’ordinateur est puissant, au plus le temps d’avance permet d’assurer de confortables revenus.

En revanche, lorsqu’il s’agit de l’humain, les algorithmes piétinent car sa complexité rend cette tâche particulièrement difficile. De par son humeur changeante, sa capacité d’évolution, son apprentissage continu, l’être humain détient tellement de variable naturelle qu’une mesure de ce dernier est normalement impossible. Sauf que ces dernières décennies, un constat émerge : nos comportements se répliquent de plus en plus. En somme, nous devenons des personnes avec de moins en moins de personnalité au point que nos actions, pensées, réactions deviennent communes. Beaucoup plus simple dans ces conditions de prédire nos comportements face à un stimuli donné. La solution ? Sortir du rang et accepter d’être un mouton… lucide !

Les dealers d’informations

On en parle beaucoup mais ce terme est le régent de nos vies, le big Data.. traduisez comme la collecte de données. Car on ne peut établir de procédure chiffrée… sans chiffre ! C’est alors que les sociétés expertes en récupération de données se sont associées avec les plus puissantes firmes. Pas une seule course au supermarché n’oublie d’enregistrer vos habitudes d’achats. Aucune banque ne passe à côté de la récupération des lieux et précisions de vos dépenses quotidiennes. Mais le futur pourrait être bien pire : récupération de données pour définir un profil qui serait transmis à tous les organismes publiques et privées. Le risque ? Une « société étiquette » plus forte que jamais où dès le plus jeune âge « on » aura défini les métiers auxquels vous pourrez espérer, le plafond de couverture sociale auquel vous pourrez prétendre et le mode de vie maximum pour lequel vous devrez vous battre. Le reste vous sera exclu et votre vie sera prédéfinie comme dans les pires films de science fiction. Méfiez-vous des réseaux sociaux qui sont la première porte ouverte à votre vie privée. Les informations récupérables sur ce simple outil, manipulée à votre insu, peuvent vous causer plus de tort qu’il n’y paraît : dépression, stress, trouble mentaux…

Vous souhaitez savoir comment on vous manipule? Cliquez ici

Réel prophète ou Arnaque aux mathématiques ?

En conclusion, le futur n’est prévisible que si vous vous comportez comme des moutons obéissants, c’est une certitude. L’unique moyen de vaincre cette tyrannie possible des chiffres serait de maintenir au plus possible son anonymat. On ne peut freiner l’essor de la technologie mais il est possible d’agir sur les moyens de s’en servir. Une éducation sur ce thème serait la meilleure aide pour les dernières générations, bercées par la luminosité des écrans. Votre vie est précieuse, votre temps l’est tout autant. Essayez de vous assurer une indépendance de pensée et d’actions, c’est le meilleur moyen de déjouer les prévisions pessimistes de plus grands prédicateurs de l’avenir… chiffré !